0972 39 10 61

Traitement des nuisibles : Dératisation, ou lutte contre les rongeurs

Le terme de dératisation s’applique à la lutte contre les rongeurs dits commensaux, c’est à dire qui vivent à proximité des humains. Les plus connus sont les rats, souris, mulots, campagnols, lérots, loirs, surmulots… que l’on appelle aussi rongeurs nuisibles.
Il existe en France 26 espèces de rongeurs identifiées. Seules quelques-unes posent des problèmes économiques ou sanitaires. Les rongeurs communs (rat, souris) peuvent être porteurs de gênes pathogènes (bactéries, virus, parasites) ou d’ectoparasites (puces). Le rat transmet aux hommes et animaux la peste, typhus, leptospirose…
Lutter efficacement contre les rongeurs nécessite :

  • d’identifier la cible,
  • de connaître ses mœurs,
  • de mettre en œuvre une méthode de lutte raisonnée en fonction du degré d’infestation, de l’environnement et des autres espèces animales présentent sur le site.

Principales espèces de rongeurs nuisibles

Rats

Mulots

Loirs

Souris

Lérots

Ragondins

Quelles nuisances occasionnées ?

Les rongeurs circulent dans des zones souvent souillées (égouts, poubelles, etc) et transportent diverses maladies qui peuvent être graves. Ils représentent une menace pour l’hygiène publique. Les parasites qu’ils transportent (puces, poux) peuvent également contaminer les humains.
Pour user leurs incisives, les rongeurs rongent les matériaux comme les câbles électriques et peuvent créer des courts circuits.
Les rongeurs nidifient dans nos habitations et détruisent les isolants et divers matériaux de construction.
En circulant sur les produits alimentaires, ils les souillent et les rendent impropres à la consommation. Un rat se nourrit de 35 kg de denrées par an mais en souille 3 à 4 fois plus.
Les rongeurs se reproduisent très vite, un couple de rats peut engendrer en théorie 250 000 descendants en 3 ans. Il est donc important de maîtriser la population de rongeurs dés que l’on constate leur présence.

Comment lutter contre les rongeurs ?

Le mode de traitement diffère en fonction du type de rongeurs et du type de bâtiment. En effet, on ne réalise pas une dératisation de la même manière dans un logement que dans un restaurant ou un élevage. Avant toute intervention, il est indispensable d’identifier l’espèce de rongeurs qui est présente.

Il existe à ce jour plusieurs techniques de traitement :

  • la plus traditionnelle consiste à mettre en place des solutions avec des pièges dans lesquels on met en place un anti-coagulant sur un support appétant.
  • Il existe des techniques avec des pièges électriques ou encore à alcool, mais également diverses formes de pièges, de pâtes, d’anticoagulants.
  • Dans les milieux où l’emploi de rodonticide est interdit ou dangereux, il est possible de mener des campagnes de dératisation par piégeage.

La lutte contre les rongeurs s’inscrit dans un véritable plan, qui consiste à mettre en place une lutte curative mais également préventive, et adaptée aux types de rongeurs et d’environnement dans lequel on doit traiter (habitations individuelles, habitations collectives, milieux agro-alimentaires, milieux industriels, etc).
Afin de mener une lutte efficace et raisonnée en conformité avec les règles HACCP, les techniciens du réseaux CALLISTO System sont formés et sauront vous apporter leur expertise dans les programmes de dératisation.

Que dit la législation ?

Pour les locaux où sont préparés les aliments et où sont remis les aliments au consommateur : l’article 3 de l’arrêté du 28 mai 1997 et l’article 3 de l’arrêté du 9 mai 1995 précisent que les locaux doivent être exempts de tout risque de contamination. Des méthodes adéquates doivent être utilisées pour lutter contre les rongeurs et les insectes. La réglementation porte sur l’établissement d’un plan de désinsectisation et de dératisation avec un cahier des charges déclinant les produits utilisés, la fiche technique précisant les risques et conseils de sécurité, son homologation, l’emplacement des pièges, le plan de mise en œuvre et les fréquences d’intervention établies par la société de service détentrice de l’agrément professionnel.
Sanctions : amende de 5° classe si l’infraction est constatée par un agent de salubrité (article 20 du décret 91-409 du 26 avril 1991). Sanctions administratives, civiles et pénales en cas d’intoxication alimentaire.

Pour les locaux d’habitation : l’article 23-1 du règlement sanitaire départemental type impose la dératisation en cas de prolifération.

Votre devis gratuit

*champ obligatoire